Accueil » Entreprendre, reconversion professionnelle

Entreprendre, reconversion professionnelle

Ecrit par Alexandra BERROU

Fondatrice Alexa & ses Fraises - Maître Composteur - Eveil & sensibilisation à la préservation de l'environnement

5 mai 2020

Dans le live de lundi soir, je vous ai fait part de mon parcours de reconversion, de mes choix et du « pourquoi » je me suis « lancée » en tant qu’entrepreneuse.
Mon projet est né, d’une balade avec mon fils à ramasser les déchets sauvages en forêt et de son engagement après ce jour (dans l’à propos, vous aurez les détails).
C’était une idée que j’ai développée… pendant 7 mois environ.
La société dans laquelle je travaillais à mis en place un plan social, j’en ai profité pour la quitter.

Ne sachant pas trop quoi faire, j’ai réalisé un bilan de compétences avec CBP Conseil et plus particulièrement avec Agnès. Le bilan de compétences est un état des lieux de toute votre carrière professionnelle et aussi un peu personnel. Il est très important de se sentir en confiance avec la personne que vous aurez choisi. Ma société a payé 2000€ pour 24h de bilan de compétences.
En parallèle comme j’étais dans un parcours de reconversion vis-à-vis de ma société, j’étais suivi mensuellement par un organisme. Je vous conseille de vous rapprocher de votre CCI (chambre de commerce et d’industrie), qui pourra vous suivre. Le point fort de la CCI est qu’elle connait parfaitement votre région. Elle sera d’excellent conseil tout au long de votre projet.
Je suis suivi par la CCI depuis février : 90€ pour 3 ans d’accompagnement.
Décider d’entreprendre a été une très grande réflexion. Je ne suis pas entourée d’entrepreneur, et l’entrepreneuriat me fait peur. Car ce n’est pas le fait d’entreprendre qui me transcende, je n’ai jamais rêvé d’être mon propre patron (mes parents ont eu une très mauvaise expérience avec un commerce qui m’a traumatisé).
J’ai entrepris, car mon projet je le porte, j’y crois et je le vis.
Peu de gens y croyaient au début, c’est normal c’était fouillis. Puis au fur et à mesure des mois, ça devenait plus clair, les personnes comprenaient mes services, mes objectifs, mon envie de transmettre, de partager.
En plus technique : Business model, marché, formations, prévisionnel financier…

J’ai financé ma formation de maître composteur grâce au CPF (anciennement Fongecif).
Le fait d’être bénévole dans 2 associations (Egraine et Les Marcheurs Cueilleurs), m’a aussi beaucoup formé.
Puis j’ai fait d’autres formations dans des associations ; animateur en développement durable, modules sur les différents publics (dont le public en situation de handicap), les MOOC aussi (qui sont pour beaucoup gratuits sur le net). Vous pouvez également vous faire aider selon certaines conditions par la région, le pôle emploi, BPI France (si vous n’êtes pas autoentrepreneur mais société)…
Le réseau aussi est extrêmement important, pour beaucoup de choses : apprendre, échanger, partager, se faire connaître … J’ai énormément appris avec les personnes que j’ai rencontré.
Par exemple, lors d’une formation, j’ai rencontré une animatrice nature (Alexandra de la Sté Collembole (ateliers nature)) et j’ai pu l’accompagner en forêt avec des élèves. Un exercice terrain hyper enrichissant !!!! Et puis rencontrer des entrepreneurs aussi, pour en cas de « coup de mou » savoir à qui parler, échanger avec des personnes qui ont les mêmes problématiques.
Pour ce qui est de l’investissement, au niveau personnel au début, j’y ai travaillé des nuits entières avec mon job à côté, puis au fur et à mesure moins, car ça se hiérarchisait. Au niveau financier, il est important de tout calculer pour que cela rentre dans votre enveloppe fixée et que vous puissiez subvenir à vos charges les premiers mois. Il faut anticiper, savoir comment gérer dans le « pire des cas ».
Mon dépôt de marque à l’INPI (non obligatoire) m’a coûté 190€ (+40€ pour chaque classe supplémentaire) avec en prime des petits échanges avec les avocats d’Amazon car ma société commence par le même nom qu’un de leur produit.
Mon logo réalisé par Liane Illustration : 600€
Mon site web avec maintenance par Réalisateur Web: 2500€
Pour créer je suis passée par le portail-autoentrepreneur, qui vous aide lors de la création puis le suivi des échéances ou autre pour 30€/mois. J’ai choisi ceci car n’y connaissant rien, et n’ayant pas de comptable, ils sont un support.
Un entrepreneur doit savoir tout faire, ou doit pouvoir déléguer pour réaliser certaines tâches (comme je le fais avec le portail-autoentrepreneur).
Pour ce qui est de « savoir se vendre », il faut surtout savoir parler de son projet, à n’importe qui, de façon claire. Votre interlocuteur doit le comprendre en quelques secondes, ensuite vous développez.
Bien sûr avant d’aller voir un prospect ou votre banquier, il faut que vous ayez préparé votre rdv, devancer les questions, savoir y répondre et avoir du répondant face aux objections. Ça s’apprends, oui… Mais quand on « propose » (et pas « vendre » pour ma part) son projet, ses services qui répondent à un besoin de la clientèle, avec quelques chiffres, un sourire, et que l’on y croit, il n’y a pas de raison que votre interlocuteur vous claque la porte au nez. Et même si cela vous arrive ! Servez-vous en pour préparer le prochain rdv.
Sortez toujours d’un entretien en vous posant quelques instants (dans votre voiture par exemple) et refaites-vous ce rdv. Où avez-vous été bon ? Pourquoi ? Qu’est-ce que vous auriez pu améliorer ?
Tout ça sont des restes de mon ancien job, qui m’a apporté des compétences pour Alexa et ses fraises 😉
Je ne sais pas si Alexa et ses Fraises se relèvera du Covid, mais dans tous les cas, je serai fière de l’avoir fait vivre, de vous l’avoir  partagé. J’ai vécu des choses les 3 premiers mois de sa création que je n’aurai jamais vécu en tant qu’employée : Accueillir Mathilde, journaliste au Figaro.Fr chez moi, passer dans le Figaro, passer à la radio locale Rve… Vous partager lors d’un live mes connaissances sur le compostage. Avoir en retour, vos dons, qui ont été à la hauteur d’un atelier physique en boutique. C’est quand même incroyable ! Donc quoiqu’il arrive, je ne garderai que le meilleur !

Et si vous m’aviez dit il y a 2 ans « en janvier 2020 tu vas créer ta structure » je vous aurai rigolé au nez !
Si vous souhaitez m’aider, en « m’offrant un café » c’est ici. Merci !

Ces articles pourraient vous intéresser …

Devenir un refuge LPO

Devenir un refuge LPO

Être un refuge LPO (Ligue de Protection des oiseaux) c'est s’engager à...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 + vingt =